Publicité

sante-dz - Actualités - Drogue et cerveau

Drogue et cerveau

Drogue et cerveau

L'histoire de la drogue et du cerveau remonte aux origines de l'humanité, elle est née de la souffrance de l'homme et de son incapacité à la maîtriser.
  Ce qui est particulier, c'est que l'attirance de l'homme pour la drogue n'est pas liée à un manque biologique mais à un manque psychique : l'homme plonge dans la drogue pour des raisons psychiques.
  Le cerveau étant  la cible privilégiée de la drogue, il est important de s'interroger sur son mécanisme d'action.


  Mais d'abord qu'est ce qu'une drogue ?
     Une drogue est une substance naturelle ou synthétique dont la consommation entraîne :
  - Un effet hédoniste
  - Un effet de dépendance
  - Un effet d'accoutumance  
  - Des troubles de la perception
  
  On distingue ainsi selon leurs effets, trois types de drogues :
  - Les hallucinogènes (cannabis, LSD)
  - Les stimulants (cocaïne, amphétamines)
 

  Comment agissent les drogues ?
  L'effet principal recherché lors de la consommation de drogues est l'effet hédoniste. Cet effet est lié à l'action des drogues sur la dopamine qui stimule le circuit du plaisir; il est commun à toutes les drogues.
  La voie finale commune de toutes les drogues est donc d'augmenter les taux de dopamine au niveau du circuit du plaisir; on comprend ainsi pourquoi le toxicomane peut passer d'une drogue à une autre sans difficultés.


  À coté de cet effet commun, les drogues ont des effets secondaires spécifiques à chaque type et qui expliquent les troubles de la perception.
  - Les effets stimulants
  - Les effets sédatifs
  - Les effets hallucinatoires
  
  Comment s'expliquent la dépendance et l'accoutumance ?
  La dépendance : chute des taux de dopamine au niveau du noyau accumbuns.
  L'accoutumance : réduction des récepteurs de dopamine.
  
  L'homme plonge dans la drogue pour des raisons psychiques, il en devient prisonnier pour des raisons physiologiques. Mais dans sa conduite suicidaire, le toxicomane ne cherche pas à aller au paradis mais à sortir de l'enfer.


Publicité