Publicité

sante-dz - Actualités - Ostéoporose & risque de fractures osseuses chez le sujet âgé

Ostéoporose & risque de fractures osseuses chez le sujet âgé

Ostéoporose & risque de fractures osseuses chez le sujet âgé

Environ un tiers du sodium de l’organisme est contenu dans la matrice osseuse. L’hyponatrémie chronique, définie par une natrémie <135 mmol/l, est le désordre électrolytique le plus fréquent dans la population âgée. Selon une étude portant sur 5.724 patients de plus de 50 ans, il existait une augmentation du risque d’ostéoporose ( de 2,8 fois ) au niveau du col fémoral parmi ceux qui avaient une hyponatrémie comparativement aux sujets avec une natrémie normale.

De même, l’anémie (définie par un taux d’Hb inférieur à 12g/dl ) qui a une prévalence élevée chez les sujets âgés augmente ce risque de fracture chez la femme âgée ménopausée ( étude WHI comportant 93.680 sujets ) .

Il ressort par ailleurs que la carence en vitamine D est importante chez les femmes ménopausées, en Europe et notamment en France. Cette carence n’est pas influencée par les saisons, ni par l’âge ou le statut densitométrique.

Selon une étude présentée au 19ème congrès français de rhumatologie de décembre 2006, la probabilité d’avoir une fracture pour une femme ménopausée était plus élevée si elle présente les 4 facteurs de risque suivant : l’âge, un antécédent de fracture du poignet, la densitométrie avec un T-score inférieur à -1,5, les antécédents de cancer du sein.

Par contre d’autres études ont montré que les taux les plus élevés d’estradiol étaient associés à une diminution du risque de fracture du col fémoral et de fracture vertébrale et non vertébrale.

Selon Leslie W.D., la mesure de la densité minérale osseuse ( DMO ) à la hanche a une meilleure valeur prédictive du risque de fracture par rapport à la mesure au rachis.

Chez l’homme, outre l’âge, un faible poids et une DMO basse, un taux de testostérone bas augmentait le risque de fracture ostéoporotique.


Publicité