Publicité

sante-dz - Actualités - Cancer de l'estomac avant 40 ans en Europe : des caractéristiques propres ?

Cancer de l'estomac avant 40 ans en Europe : des caractéristiques propres ?

Cancer de l'estomac avant 40 ans en Europe : des caractéristiques propres ?

Bien que son incidence ait tendance à décroître, le cancer de l'estomac (KE) demeure un problème de santé publique car son diagnostic est souvent porté à un stade avancé et son pronostic demeure sombre. C'est un cancer du sujet âgé, mais environ 5 % des KE sont dépistés avant 40 ans. Si ce KE des sujets jeunes a été bien étudié dans d'autres continents, (épidémiologie, histologie, pronostic), il manquait une étude en Europe.

Une équipe italienne a comparé les caractéristiques de 51 patients de moins de 45 ans (GJ) traités pour KE entre 1990 et 2004 à celles de 457 autres patients âgés de 46 à 75 ans (GA). 
Les femmes étaient majoritaires (29, soit 57 %) dans le GJ et minoritaires (166, soit 37 %) dans le GA. Histologiquement, la forme dominante dans le GJ était la forme diffuse avec parfois linite et cellules en bague à chaton (73 %) alors que les sujets âgés avaient plus souvent une forme intestinale (51 %), volontiers ulcérée. Les autres critères : siège, résécabilité, stade (excepté une plus grande incidence de stades IV et des envahissements lymphatiques à distance dans le GJ) étaient similaires dans les 2 groupes. Les malades ont subi une gastrectomie totale ou subtotale avec un curage ganglionnaire de type D2 ou D3 et résection d'un organe de voisinage en cas de nécessité, sans chimiothérapie associée quand l'exérèse a paru curative, ce qui était plus fréquent dans le GA que dans le GJ (81 vs 64 %).

Parmi les 51 sujets du groupe GJ, 10 avaient des antécédents familiaux de KE, mais un seul d'entre eux a été dépisté par la fibroscopie de principe, tous les autres ayant présenté des signes d'appel (douleurs, vomissements, asthénie, pâleur, saignements, amaigrissement). En revanche, le type de gastrectomie, le taux de résections viscérales associées et celui des complications étaient similaires chez les jeunes et les plus âgés.

Le taux de survie à 5 et 10 ans (40 et 30 %) n'a guère montré de différence selon l'âge. Il est comparable quel que soit le sexe des malades, le type de la gastrectomie, le siège de la tumeur, son statut lymphatique, ou son envahissement en profondeur, qui sont des facteurs de gravité aussi bien chez les jeunes que chez leurs aînés.

Au total, le cancer de l'estomac chez les sujets jeunes est d'un stade volontiers avancé, mais, une fois apparié par stade, son pronostic est semblable à ce qu'il est chez les sujets plus âgés.

Santoro R et coll. : Clinicopathological features and prognosis of gastric cancer in young European adults. Brit J Surg., 2007; 94:737-42.


Publicité