Publicité

sante-dz - Actualités - La réalimentation précoce limite-t-elle l'iléus postopératoire ?

La réalimentation précoce limite-t-elle l'iléus postopératoire ?

La réalimentation précoce limite-t-elle l'iléus postopératoire ?

L'un des objectifs des soins péri opératoires en chirurgie abdominale est de permettre une réalimentation adéquate et, conséquemment, une convalescence rapide, mais la réalisation de cet objectif est souvent retardée par l'iléus paralytique postopératoire (IPP), transitoire mais constant. La lutte contre l'IPP fait appel à plusieurs techniques concomitantes, dont la mobilisation précoce, l'anesthésie péridurale, et la réalimentation précoce ; cette dernière est cependant souvent discutée, de crainte que l'IPP ne la contrarie et n'entraîne des vomissements.

Les auteurs ont étudié 128 adultes, opérés par voie ouverte de résection colorectale ou de chirurgie aortique. L'anesthésie générale a été renforcée par l'injection d'un anesthésique local puissant dans l'espace péridural, continuée au moins jusqu'à J2, cependant que la sonde naso-gastrique (SNG) était enlevée à J1. Le tirage au sort a distingué 2 groupes ; le 1er, GD, (67 sujets) était soumis à une diète n'autorisant que de l'eau les deux premiers jours, puis des liquides (thé, citronnade) à J 3, biscottes yaourt compote à J4 et régime normal à J5 ; le 2ème, GRL (61 opérés), reprenait son alimentation au jour de son choix. On a demandé aux patients de noter les incidents émaillant leur convalescence (nausées, vomissements, 1er gaz, 1ère selle, etc.) Le médecin auscultait l'abdomen tous les jours. Le principal critère de jugement a été la nécessité de replacer la SNG. De plus, on a quantifié la douleur grâce à une échelle visuelle analogique, et la qualité de vie (qdv) grâce à 3 questionnaires spécifiques SF-36, MFI-20 et EQ-5D.

Certes, les opérés GRL ont repris une alimentation dès J2 au lieu de J5, mais il a fallu replacer la SNG à 12 d'entre eux (20 %), vs seulement 7 (10 %) des malades du GD, différence toutefois peu significative. En revanche, la reprise du transit gazeux et solide a pris le même temps dans les deux groupes. Il n'y a pas eu non plus de différence dans le type ni le taux des complications, non plus que dans celui de la mortalité (2 décès dans le GD et 3 dans le GRL) ni dans la durée de séjour. Si l'anesthésie péridurale et la brièveté de l'intervention raccourcissent la durée de l'IPP, une fois ces variables ajustées, on retrouve les mêmes résultats en comparant GD et GRL. Quant à la douleur et à la qdv, elles ne sont point modifiées par le type de régime.

On peut conclure qu'il n'y a pas de raison de refuser la reprise d'une alimentation précoce aux opérés par voie ouverte de l'aorte abdominale et du côlon-rectum.

Han-Geurts IJM et coll.: Randomized clinical trial of the impact of early enteral feeding on postoperative ileus and recovery. Brit J Surg., 2007; 94: 555-61.


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.