Publicité

sante-dz - Actualités - Les lésions gastriques précancéreuses nécessitent une surveillance endoscopique régulière selon une étude néerlandaise

Les lésions gastriques précancéreuses nécessitent une surveillance endoscopique régulière selon une étude  néerlandaise

Les lésions gastriques précancéreuses nécessitent une surveillance endoscopique régulière selon une étude néerlandaise

Les patients chez lesquels une lésion précancéreuse gastrique a été diagnostiquée, ont un risque significatif de développer un cancer gastrique. La surveillance de ces lésions semble insuffisante par rapport à ce risque et la mise au point de nouveaux guidelines est nécessaire selon une étude de cohorte réalisée par l’équipe du docteur DeVries du centre médical de l’université Erasme de Rotterdam.

A travers l’étude du registre national néerlandais des examens anatomopathologiques,  les auteurs ont analysé les pratiques médicales en matière de surveillance des lésions précancéreuses gastriques durant la période de 1991 à 2004.

Ainsi sur plus de 90 000 patients enregistrés, les auteurs retrouvent 22365 cas (24%) de gastrite atrophique, 61707 cas ( 67%)  présentant une métaplasie intestinale , 7616 cas (8 %) présentant une dysplasie modérée et  562 cas (0,6%) une dysplasie sévère .

Les investigateurs ont constaté que seuls 26 % des patients présentant une gastrite atrophique et 28 % de eux ayant une métaplasie intestinale ont bénéficié d’une réévaluation par une fibroscopie gastroduodénale   avec examen histologique par comparaison avec 38 % des patients qui présentaient une dysplasie modérée et 61 % de ceux qui avaient une dysplasie sévère (p< 0,001). Cette pratique clinique néerlandaise serait représentative de la pratique clinique de beaucoup de pays occidentaux  où la surveillance de ces patients est souvent ignorée même chez les patients atteints de dysplasie.

Dans les 5 ans qui ont suivi le diagnostic, l’incidence annuel de cancer de l’estomac chez les patients qui présentaient  une gastrique atrophique , une métaplasie intestinale , une dysplasie modérée ou une dysplasie sévère était respectivement de 0.1%, 0.25%, 0.6%,et 6% . Un age supérieur à 75 ans, le sexe masculin et la sévérité de la lésion gastrique précancéreuse lors du premier examen endoscopique sont des facteurs de risques élevés de progression du cancer de l’estomac.

A travers cette étude, les auteurs concluent que l’intervalle de  surveillance endoscopique des états de dysplasie gastrique devrait être beaucoup plus court que pour celui des états de gastrite atrophique ou de métaplasie intestinale.

SOURCE: Anne Marie C. DeVries et al. Premalignant Gastric Lesions Need Routine Surveillance: Dutch Study.  Gastroenterology 2008; 134:945-952.


Publicité