Publicité

sante-dz - Actualités - Y a-t-il une place pour les anti-angiogéniques dans les tumeurs carcinoïdes ?

Y a-t-il une place pour les anti-angiogéniques dans les tumeurs carcinoïdes ?

Y a-t-il une place pour les anti-angiogéniques dans les tumeurs carcinoïdes ?

Les tumeurs carcinoïdes expriment le VEGF. Des études chez l’animal utilisant des anticorps anti-VEGF ont montré une activité anti-tumorale. 44 patients présentant une tumeur carcinoïde avancée (essentiellement métastatique) reçoivent soit du bévacizumab en monothérapie (23) soit de l’interféron pégylé (21) pendant 18 semaines, puis une combinaison des 2 soit à la progression, soit après les 18 semaines. Dans le bras bévacizumab seul, on obtient : 18% de réponse partielle et 77% de maladie stable ; dans le bras interféron seul : une absence de réponse même partielle et 68% de maladie stable. La PFS dans le bras bévacizumab seul est de 95% à 18 semaines vs 68% dans le bras interféron. La PFS médiane est de 63 semaines pour tous les patients.  Les auteurs concluent que le bévacizumab a un réel potentiel dans la prise en charge des tumeurs carcinoïdes avancées avec un impact en réponse et en DFS. Cependant il s’agit d’une phase II. Les résultats de l’essai randomisé de phase III du SWOG S0518 comparant octréoïde + bévacizumab et octréoïde + interféron apportera plus de renseignements sur la place du bévacizumab. A suivre !

Ref. Yao JC, Hoff PM et coll Targeting vascular endothelial growth factor in advanced carcinoid tumor: a random assignment phase II study of depot octreotide with Bevacizumab and pegylated interferon alpha-2b JCO 2008 Mar 10; 26 (8):1316-23


Publicité