Publicité

sante-dz - Actualités - Un impact rapide et significatif de la vaccination HPV 6/11/16/18 sur l’incidence des verrues génitales en Australie

Un impact rapide et significatif de la vaccination HPV 6/11/16/18 sur l’incidence des verrues génitales en Australie

Un impact rapide et significatif de la vaccination HPV 6/11/16/18 sur l’incidence des verrues génitales en Australie

L’Australie a été un des premiers pays à mettre en place un programme organisé de vaccination dans toutes les écoles, dès avril 2007 chez les jeunes filles entre 12 et 18 ans ; une couverture vaccinale dépassant les 70% était ainsi déjà observée fin 2007. Une vaccination de rattrapage est aussi proposée chez les femmes de 18 à 26 ans ou moins depuis juillet 2007, avec fin 2008, environ 65 à 70% des femmes de 18 et 26 ans vaccinées.

Cette étude rétrospective a été réalisée dans un très gros centre de gynécologie à Melbourne entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2008 avec pour objectif, d’évaluer sur cette période, la proportion de nouveaux cas de verrues génitales. Entre 2004 et 2008, 36 055 nouveaux patients étaient vus en consultation, avec 3 826 nouveaux diagnostics de verrues génitales. Les résultats parlent d’eux-mêmes :

Une diminution significative de plus de 25% (RR = 0,52) du nombre de nouveaux cas de verrues génitales chez les jeunes filles de moins de 28 ans (jeunes femmes vaccinées) est observée dans les mois qui ont suivi la campagne de vaccination alors que l’incidence reste stable chez les femmes de 28 ans ou plus (non concernées par la vaccination) tout comme le nombre de nouveaux diagnostics d'Herpès génital qui étaient suivis en parallèle dans ce même centre en tant que pathologie référente.

Une réduction significative de plus de 5% (RR = 0,83) de l’incidence des verrues génitales a également été constatée chez les hommes hétérosexuels (en contact des femmes vaccinées), ce qui met en évidence une protection indirecte des hommes par la vaccination des jeunes femmes. En effet, le phénomène n’est pas retrouvé chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Ces résultats indiquent aussi une réduction des coûts liés à la prise en charge des verrues génitales, de 27% chez les jeunes filles de moins de 28 ans et de 48% chez les hommes hétérosexuels.

Ces données démontrent pour la première fois, dans la vraie vie, que la vaccination des jeunes filles est suivie rapidement d'une diminution très nette de l’incidence des verrues génitales, efficacité de la vaccination qui devrait également pouvoir être observée quelques années plus tard pour les CIN.

 


Reference : Fairley et al., Melbourne, Australia - Abstract O-29.02


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.