Publicité

sante-dz - Actualités - Tumeurs testiculaires non séminomateuses (TNS) avancées : Curage rétropéritonéal systématique ?

Tumeurs testiculaires non séminomateuses (TNS) avancées : Curage rétropéritonéal systématique ?

Tumeurs testiculaires non séminomateuses (TNS) avancées : Curage rétropéritonéal systématique ?

Avec les progrès des traitements médicaux dans la prise en charge de TNS, il est important de pouvoir parler de désescalade des traitements. Ainsi le cisplatine a complètement modifié le pronostic des patients avec une TNS.
Une question reste ouverte concernant la place du curage ganglionnaire rétropéritonéal (lombo-aortique) après chimiothérapie des TNS en réponse complète (réponse complète définie par des marqueurs indétectables et des ganglions <1 cm sur le scanner après chimiothérapie).

Cet article rapporte le suivi à long terme de patients traités pour une TNS métastatique (adénopathies retropéritonéales ou maladie disséminée) qui ont bénéficié d’une chimiothérapie à base de cisplatine, en réponse complète et qui ont fait l’objet d’une surveillance, sans curage rétropéritonéal. Il s’agit d’une analyse rétrospective monocentrique concernant 141 patients, 109 patients traités avant 1995. Avec un suivi médian de 15,5 ans (de 6 mois à 24 ans, 5 patients ont un suivi < 2 ans), il a été observé 12 récidives (9%), survenues dans un délai médian de 11 mois. Parmi ces récidives, 5 sont des récidives tardives (3 à 13 ans). Ces derniers sont tous en vie à la dernière actualisation. La survie à 15 ans estimée, sans rechute est de 90 % et la survie spécifique de 97%.
Parmi les 12 patients ayant présentés une récidive, 4 patients sont décédés de la maladie. Ces 4 patients ont récidivé dans l’année qui a suivi la chimiothérapie. Les 8 autres sont indemnes de maladie (suivi médian de 11 ans). 50% des récidives sont retropéritonéales. Ces 6 patients présentaient au moment de la prise en charge des adénopathies retropéritonéales ≥ 2 cm. La majorité des récidives correspondent à des tumeurs germinales actives et non du tératome pur. Le seul facteur prédictif de rechute en analyse univariée est la classification internationale du groupe de tumeurs germinales. Les bons pronostics ont une survie sans rechute estimée à 15 ans de 95% vs 73% pour les risques intermédiaires et hauts risques. Concernant la survie spécifique elle passe de 99% à 91% (rechute non retropéritonéales plus fréquentes chez les patients avec un risque intermédiaire ou un haut risque). Cependant pour limiter les biais dus à l’analyse rétrospective les patients sont pour la plupart inclus dans des essais avec une analyse prospective. Ces résultats corroborent ceux rapportés par d’autres équipes.
Les auteurs concluent que les récidives retropéritonéales sont peu fréquentes après réponse complète à la chimiothérapie. L’évaluation des patients s’est de plus améliorée avec les progrès de l’imagerie. Le curage rétropéritonéal ne doit plus être systématique. Les auteurs vont jusqu’à ne plus réaliser de scanner après avoir obtenu une réponse complète après chimiothérapie. Concernant les patients qui présentent dans la tumeur initiale du tératome et la persistance de masses visibles résiduelles <1cm après chimiothérapie, ils leur proposent une surveillance scannographique à 6 mois et 1 an après la chimiothérapie.

 Yaron Ehrlich et coll. Long-Term Follow-Up of Cisplatin Combination Chemotherapy in Patients With Disseminated Nonseminomatous Germ Cell Tumors: Is a Postchemotherapy Retroperitoneal Lymph Node Dissection Needed After Complete Remission? Journal of Clinical Oncology, Vol 28, No 4 (February 1), 2010: pp. 531-536

 


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.