Publicité

sante-dz - Actualités - L'arsenal thérapeutique contre la goutte va s'enrichir d'un nouveau médicament.

L'arsenal thérapeutique contre la goutte va s'enrichir d'un nouveau médicament.

L'arsenal thérapeutique contre la goutte va s'enrichir d'un nouveau médicament.

Le traitement de référence de la crise de goutte aiguë repose sur la colchicine. Caractérisée par des dépôts de microcristaux d'urate de sodium liés à une hyperuricémie chronique, la goutte constitue la première cause d'arthrite inflammatoire chez l'homme. Le traitement de référence de la crise aiguë repose sur la colchicine ou les AINS qui n'ont pas d'effet sur l'uricémie.

Les formes sévères (crises récidivantes à court terme, arthropathies uratiques chroniques, goutte tophacée, atteinte rénale) sont des indications à un traitement de fond hypo-uricémiant au long cours, dont l'objectif est de maintenir l'uricémie à un taux maximal de 60 mg/l (360 µmol/l), ce qui permet d'obtenir la dissolution des dépôts uratiques et la guérison de la maladie. L'allopurinol constituait jusqu'à présent le traitement de fond de référence de l'hyperuricémie chronique, mais un nouveau médicament, le fébuxostat (Adénuric, Ipsen et Menarini) vient de s'ajouter à l'arsenal thérapeutique. « Ce médicament est attendu, car il va combler un besoin, celui des malades intolérants à l'allopurinol ou chez lesquels on ne parvient pas à baisser suffisamment l'uricémie », explique le Pr Thomas Bardin, chef du service de rhumatologie à l'hôpital Lariboisière. Autre intérêt du médicament, la prise en charge des patients goutteux insuffisants rénaux. « En cas d'insuffisance rénale, il n'est pas rare que la dose maximale d'allopurinol autorisée par la clairance de la créatinine ne permette pas d'abaisser suffisamment l'uricémie, précise le Pr Bardin. Le fébuxostat n'a pas cette limitation dans l'insuffisance rénale modérée, ce qui en fait une indication préférentielle chez ce type de patients. » Le fébuxostat est réservé pour l'instant au traitement de seconde ligne. Il n'est pas question pour le Pr Bardin de remplacer l'allopurinol chez les malades qui le reçoivent depuis longtemps et le tolèrent bien. Comme pour les autres traitements de fond hypo-uricémiants, l'administration de fébuxostat (80 mg/j, puis si l'objectif n'est pas atteint, 120 mg/j) doit être accompagnée dans les 6 premiers mois d'un traitement préventif des crises de goutte par colchicine.

Pr Thomas Bardin, chef du service de rhumatologie à l'hôpital Lariboisière                                                                                            « Le succès du traitement de la goutte nécessite une éducation attentive du patient qui doit respecter un certain nombre de règles hygiénodiététiques et bien comprendre les objectifs différents des deux types de traitements médicamenteux : antiinflammatoires pour le traitement des crises, hypo-uricémiants pour la dissolution des dépôts cristallins. »


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.