Publicité

sante-dz - Actualités - Greffe trachéale chez un enfant de 10 ans

Greffe trachéale chez un enfant de 10 ans

Greffe trachéale chez un enfant de 10 ans

"Des médecins britanniques et italiens ont procédé à une transplantation avec une technique pionnière, pour reconstituer la trachée-artère d'un enfant de dix ans (atteint d'une malformation rare)  à partir de ses propres cellules souches médullaires.

Il s'agit d'un enfant né avec une sténose trachéale congénitale, déjà opéré dans la petite enfance, et survivant jusqu'à une complication récente due à l'érosion de l'aorte par un stent métallique. La solution de rattrapage a donc consisté en une greffe de trachée dont seule l'armature cartilagineuse a été conservée, le revêtement muqueux étant assuré par l'application de cellules souches prélevées sur le receveur et mises en culture in vivo.

Leur différenciation devrait permettre, en quelques mois, de recouvrir le greffon d’un épithélium trachéal. L’intervention réalisée à Londres (Great Osmond Street Hospital), sous la houlette du Pr Martin Elliott, utilise une nouveauté supplémentaire : le jeune receveur fait office de bioréacteur. Une intervention similaire réalisée l’an passé en Italie par le Pr Paolo Macchiarini (Florence), qui participait à celle de Londres, avait déjà fait « pousser » les cellules souches in vivo chez la patiente.

Le greffon trachéal a été obtenu, en février, en Italie à partir d’une donneuse de 30 ans. Par une action enzymatique, il a été privé de toutes ses cellules. Il ne persistait que du collagène inerte et la membrane basale. Au cours de l’intervention, qui a duré 9 heures, les cellules souches du receveur ont été déposées dans le greffon. Des facteurs de croissance y ont été associés. Grâce à l’apport des propres cellules du patient, la réaction de rejet devrait être minimisée.

Les médecins espèrent que dans les mois à venir les cellules de moelle osseuse commenceront à se transformer dans son corps en cellules trachéales, un processus qui, s'il s'avère couronné de succès, pourrait selon eux révolutionner la médecine régénératrice.

Le nouvel organe ne devrait pas être rejeté par le système immunitaire de l'enfant, parce que les cellules sont dérivées de son propre tissu cellulaire. 'La procédure est différente en de nombreux aspects, et nous pensons que c'est vraiment une étape importante', a déclaré le professeur Martin Birchall, de l'University College London.' C'est la première fois qu'un enfant reçoit un traitement à base de cellules souches et c'est la plus longue voie aérienne qui ait jamais été remplacée', a-t-il assuré.

M. Birchall a convenu que d'autres essais cliniques étaient nécessaires pour démontrer la validité de la technique, mais estimé qu'elle pourrait être utilisée pour la transplantation de larynx et d'oesophages.


Publicité