Publicité

sante-dz - Actualités - Une nouvelle caméra à l’assaut du cancer

Une nouvelle caméra à l’assaut du cancer

Une nouvelle caméra à l’assaut du cancer

Les chercheurs qui mènent la guerre au cancer peuvent maintenant compter sur une nouvelle arme : la caméra infrarouge ZephIR, conçue par l’entreprise montréalaise Photon etc., assez précise pour permettre de voir à travers la peau.

Grande spécialiste de l’instrumentation optique et photonique, Photon etc. a mis au point un appareil qui offre des avantages importants par rapport aux méthodes actuelles. Il est beaucoup moins coûteux, d’abord, mais il offre aussi une meilleure résolution que la résonance magnétique, ne nécessite pas la manipulation de produits radioactifs comme d’autres techniques d’imagerie médicale et est moins effractif.

La lumière infrarouge pénètre quelques centimètres dans la peau. « À un ou deux centimètres, on voit encore bien », explique le président et chef de la direction de Photon etc., Sébastien Blais-Ouellette.

Ça semble peu, mais c’est déjà amplement suffisant pour aider les chercheurs qui travaillent en essais précliniques sur des souris. La petite taille des rongeurs permet d’inspecter certains de leurs organes directement.

« L’un de nos plus gros clients est un important centre de recherche sur le cancer, à New York », indique M. Blais-Ouellette.

 Chez l’humain, la caméra ZephIR pourrait être utilisée en combinaison avec des nanosondes. Un client de l’entreprise a par exemple développé des nanosondes, pas encore approuvées pour utilisation, qui, placées dans le sang, changent de couleur en fonction de la concentration de microARN qui les entoure. La présence de microARN pouvant témoigner de la présence d’un cancer, la caméra ZephIR pourrait ainsi détecter la maladie en regardant le sang passer dans un vaisseau sanguin près de la surface du corps.

UN NOUVEAU MARCHÉ

À moyen terme, la caméra pourra servir à analyser des biopsies, dans le cadre de traitements par immunothérapie. Ces traitements doivent être calibrés pour chaque cas en se basant sur diverses informations biologiques recueillies au moyen de biopsies. Or il est souvent difficile d’obtenir toute l’information nécessaire à l’aide des équipements actuels. La caméra ZephIR permet d’utiliser jusqu’à 17 couleurs à la fois lors de l’analyse, contre seulement 7 pour les meilleurs équipements concurrents.

« Ça ouvre un nouveau marché », se réjouit M. Blais-Ouellette.

Photon etc. vend aussi des appareils destinés aux centres de tri afin de séparer automatiquement les plastiques recyclables de ceux qui ne le sont pas. La caméra ZephIR viendra en augmenter l’efficacité. Des équipes de recherche en panneaux solaires ont aussi manifesté leur intention de l’utiliser pour analyser les matériaux.

Photon etc., qui emploie une vingtaine de personnes, pense pouvoir vendre quelques dizaines de caméras ZephIR. Les commandes vont bon train.

« Nous avons déjà un carnet de commandes d’un million de dollars. »


Publicité