Publicité

sante-dz - Actualités - Découverte de 3 nouveaux types de neurones dans l'oreille interne

Découverte de 3 nouveaux types de neurones dans l'oreille interne

Découverte de 3 nouveaux types de neurones dans l'oreille interne

Une découverte qui pourrait révolutionner le traitement des troubles de l'audition.

Des scientifiques ont découvert 3 types de cellules nerveuses dans l'oreille interne jusque là totalement inconnues. Effectivement, une analyse de l'ARN des neurones qui sont chargés de transporter l'information de l'oreille interne au cerveau a permis de mettre en évidence qu'il n'existait pas seulement 2 types de cellules neuronales dans l'oreille interne, Type I et Type II, mais plutôt que le Type I était lui-même constitué de trois sortes de cellules nerveuses différentes.

Cette recherche a été effectué par séquençage de l'ARN de souris, par des chercheurs Suédois. Selon cette équipe de neuroscientifiques, la compréhension des caractéristiques de ces cellules pourrait aider à mieux modéliser la façon dont les mammifères perçoivent le son, et pourrait même affiner les traitements des troubles auditifs. Cette équipe a tenté d'approfondir les connaissances acquises de la transduction mécano-électrique des cellules ciliées sensorielles de l'oreille interne.

 

De quelles cellules nerveuses s'agit-il au juste ?

Nous connaissons tous - ne serait-ce de façon générale - le fonctionnement de l'audition.

Le son capté par le pavillon de l'oreille externe, il est ensuite amplifié et guidé via le canal auditif vers l'oreille moyenne, il arrive au tympan, une membrane circulaire flexible qui commence à vibrer quand les ondes sonores l'atteignent et qui à son tour secoue les osselets situés dans l'oreille moyenne et reliés à l'oreille interne.

Dans l'oreille interne se trouve la cochlée (qui ressemble à une coquille d'escargot), elle contient plusieurs parties membraneuses remplies de liquides aqueux

lorsque les ondes de pression concentrées arrivent à la cochlée, le fluide commence à bouger entrainant l'ondulation des cellules ciliées bipolaires. Ces dernières transforment les vibrations en signaux chimiques envoyés au cerveau par le nerf auditif. l'ensemble de cellules ciliées de la cochlée est appelé ganglion spiral ou ganglion de Corti.

 

Bien que cela semble un peu trop détaillé pour la plupart d'entre nous, les ces scientifiques tiennent à cartographier ce mécanisme au niveau cellulaire afin de mieux le maîtriser.

88% des neurones du ganglion spiral sont de type I et envoient des signaux à sens unique, et c'est une différence dans ce type de neurones qui a été dévoilée par ces chercheurs.

Il se trouve donc que le type I n’est pas un type après tout.

"Nous savons maintenant qu'il existe trois voies différentes dans le système auditif central, au lieu d'un seul", déclare le chef de groupe de l'étude.

Chacun de ces quatre neurones à ganglion spiralé - type Ia, Ib, Ic et type II - ont déjà fait leur travail lorsqu'ils ont été extraits de chiots peu après la naissance, ce qui suggère qu'ils ne sont pas le résultat de changements environnementaux.

En gardant à l'esprit que le travail n'a été effectué que chez les souris jusqu'à présent, la recherche a des implications énormes pour développer une explication complète du traitement auditif chez l'homme, puisque les systèmes auditifs sont très similaires.

En ce qui concerne les différentes sous-classes de neurones de type I, chacune d’elles pourrait être responsable de la syntonisation de différents seuils de bruit, ce qui nous aiderait à régler la résonance des différentes intensités d'ondes dans des environnements bruyants.

L'identification de cette distinction au niveau cellulaire pourrait nous aider à développer de meilleurs modèles pour des conditions auditives telles que les acouphènes ou des troubles qui nous rendent trop sensibles à certains sons, tels que l'hyperacousie .

 le séquençage de l'ARN de cellules individuelles comme tous les outils génétiques actuellement utilisés par la science, permet aux chercheurs d'identifier toute une gamme de nouveaux types de cellules dans le corps qui jusque là semblaient similaires pourraient en fait représenter des tissus fonctionnellement différents. Les trouver nous donnera un niveau de compréhension sans précédent de la santé et de la maladie.

 

Il semble évident que la science n'est pas au bout de ses découvertes.

 


Publicité
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, mais nous ne sauvegardons pas de données personnelles. Continuer.