Publicité

sante-dz - Conseils - Le mal de dos

Le mal de dos
  • Article

Le mal de dos

Dos sport musculation

Mal de dos

Le mal de dos passager ou chronique représente un motif assez fréquent de consultation  médicale. Plusieurs termes son employées pour le désigner : lombalgie, lumbago, sciatique ; mal de rein etc.

La colonne vertébrale

Pour comprendre le mal de dos, quelques notions d’anatomie s'imposent : Notre colonne vertébrale soutient l'ensemble de notre corps et lui confère une certaine mobilité.  Elle se compose de vertèbres qui s'empilent les unes sur les autres, permettant le soutien et la mobilité de la tête, la flexion du cou et du dos ; elle protège par ailleurs notre moelle épinière. Entre les vertèbres s'intercalent les disques intervertébraux qui jouent le rôle de « coussinets », véritables amortisseurs des pressions qui s'exercent sur la colonne. Les vertèbres sont articulées entre elles grâce à des articulations.  Il existe également des muscles et des ligaments qui entourent la colonne vertébrale, assurant sa stabilité et permettant sa mobilisation. Les nerfs rachidiens, issus de la moelle épinière sortent à chaque étage vertébral par les trous de conjugaison. Les disques intervertébraux se fracturent ou se luxent lorsque la colonne vertébrale subit des tensions inhabituelles, comme le fait de soulever un objet lourd dans une mauvaise position, de fléchir le tronc brutalement etc. Mais le glissement  d'un disque n'est que l'une des causes du mal de dos d’autres causes peuvent être à l’origine du mal de dos. L’atteinte de l’un des éléments entrant dans la constitution de notre dos peut être à l’origine du mal de dos.

Ainsi la survenue de lombalgies (douleurs lombaires : bas du dos) peut être en rapport avec une atteinte:

  •  des vertèbres : fracture, tassement ostéoporotique (en rapport avec l’âge).
  •  du disque intervertébral : pincement, hernie discale (décharge électrique par irritation et compression d’un nerf. et la douleur peut se propager tout au long de ce nerf. Selon l’étage vertébral de la racine nerveuse, il peut s’agir d’une sciatique ou d’une cruralgie).
  •  des articulations inter- vertébrales postérieures (Les lombalgies dues à ces articulations postérieures correspondent à une surcharge ou une pression prolongée consécutive à une mauvaise position. Elles peuvent apparaître chez les enfants et les adolescents par une accentuation de la lordose lombaire et également chez les personnes âgées, où la compression du disque intervertébral et le tassement vertébral vont altérer la surface cartilagineuse de l’articulation entraînant un  début d’arthrose.
  •  des ligaments et des muscles: une entorse , un étirement ou déchirure d’un muscle ou d’un ligament dû à un mouvement dans le mauvais sens ou au surmenage  .Si la déchirure est grave, cela pourrait créer de la pression sur l’un de vos nerfs. Le nerf pourrait également être affecté par l’inflammation d’autres parties du dos
  •  d’une déformation de la colonne vertébrale entraînant une scoliose, ou aggravant la lordose lombaire  etc.,
  •  un excès pondéral (obésité) peut favoriser la survenue ou l'aggravation des douleurs lombaires, du fait du mauvais état de la sangle musculaire abdominale .Cela a pour conséquence d'augmenter les contraintes exercées sur la colonne vertébrale. Dans le même ordre d’idée, il n'est pas rare que les cures d'amaigrissement aggravent cette faiblesse musculaire abdominale et augmentent donc les douleurs lombaires. Un régime amaigrissant doit nécessairement un programme de renforcement des muscles lombaires et abdominaux.
  •  Une hypertrophie mammaire (seins très gros)  peut également être à l’origine d’une accentuation de la cyphose dorsale et entraîner un mal de dos.
  •  le stress peut aggraver un mal de dos ainsi que ralentir la période de rétablissement.

Cette énumération des causes possibles de « mal de dos » permet ainsi de comprendre  que mal de dos  ne veut pas dire nécessairement  hernie discale. De  même, il faut savoir qu’une hernie discale n’entraîne pas toujours de douleurs du dos.

Colonne vertébrale et détail d’une articulation intervertébrale

Les trois courbures, cervicale (1), dorsale (2) et lombaire (3) s'équilibrent entre elles.

Différence entre lombalgie aiguë et lombalgie chronique

La lombalgie est dite « aiguë » si la douleur est récente (moins de 6 semaines). Elle se traduit souvent par le classique lumbago. Si les troubles persistent depuis plus de 3 mois, la lombalgie est « chronique ». Mais chronique ne signifie pas « définitif ».

Les facteurs de risque de survenue du mal de dos 

Trop souvent, dès l'enfance, notre colonne vertébrale est l'objet de mauvais traitements. C’est d’abord le  poids excessif des cartables qu’on impose à nos enfants puis c’est un style de vie de plus en plus  sédentaire, un excès de poids voire un faux mouvement et la douleur du dos se déclenche. Notre dos  nous fait payer en quelque sorte, les nombreuses années de négligence et d’efforts intempestifs.

Qu’en est-il justement des cartables et sacs à dos trop lourds que doivent porter nos enfants matin et soir si n’est quatre fois par jour ?

Porter des charges trop lourdes ou mal positionnées par rapport au dosè mal de dos  

Bien  positionner son sac à dos et se tenir droit en classe permet de ménager son dos

  •  trier, alléger le cartable en ne prenant que ce qui est nécessaire pour la séance ( il est vrai que dans beaucoup de régions les écoles étant loin du domicile , l’enfant ne revient pas à midi et est obligé de prendre dès le matin les affaires scolaires de la journée).
  •  ajuster les sangles et faire connaître à l’enfant l'importance du positionnement du cartable (et de son contenu) par rapport au dos.
  •  il est évident et utile de fléchir les jambes pour ramasser un objet afin de conserver la colonne vertébrale droite et ainsi la protéger.
  •  La correction du maintien doit être une préoccupation de tous les instants: au restaurant scolaire, en travaillant à l'ordinateur (ne pas effectuer de torsion du tronc, mais privilégier celle du corps complet pour faire face à l'imprimante),
  •  être bien assis en classe : se redresser, reculer les fesses au fond de la chaise...
  •  A la maison, devant le petit écran, il est nécessaire de rester vigilant et de ne pas s'affaler dans le fauteuil, de profiter des temps réservés aux spots publicitaires pour bouger.
  •  la pratique correcte d'un sport...

En dehors de l’école, il existe plusieurs circonstances qui peuvent être à l’origine du mal de dos :

  •  l'âge est un facteur de risque puisque la fréquence des lombalgies augmente progressivement au cours de la vie.
  •  L'intensité de l'activité physique au travail :
  1.  Le port de charges lourdes est connu pour être un facteur favorisant la survenue des maux de dos, surtout si le mouvement est fait dans de mauvaises conditions (ex : soulever une charge sans plier les genoux.).
  2.  le fait de se pencher fréquemment,
  3.  de faire des mouvements répétés de rotation du tronc,
  4.  l'exposition aux vibrations (conducteurs d'engins,),
  5. o   et la station assise prolongée sont des facteurs de risque.
  •  La monotonie du travail, le stress sont des facteurs de risque de survenue de maux de dos.
  •  Tous les métiers où des positions sont maintenues longtemps fatiguent les muscles de la colonne vertébrale.
  •  Exposition à des vibrations  (conducteurs d'engins, chauffeurs livreurs etc.).

Le coup du marteau piqueur: ça vibre, aïe, ça fait mal

Comment vous réconcilier avec votre dos ?

Quelques conseils vous permettront de vivre en bonne harmonie avec votre colonne vertébrale.

  •  Il est très important d’avoir une bonne posture (tenez-vous droit) et une bonne technique au moment de soulever une charge, car cela force moins le dos.
  •  Faire de l’exercice dans le but de renforcer et d’étirer les muscles vous permettra d’améliorer votre souplesse et la capacité du dos à supporter votre corps.
  •  Maintenir un poids proportionnel à votre hauteur met moins de pression sur le bas du dos.
  •  Essayez de ne pas vous asseoir ou de rester debout trop longtemps sans bouger.
  •  Si vous travaillez assis ou dans la cuisine, veillez à ne pas avoir à vous pencher sur la surface de travail.
  •  Lorsque vous êtes assis sur une chaise ou dans un fauteuil, asseyez-vous droit et gardez les pieds à plat sur le sol. Si vos pieds ne touchent pas à terre, placez un tabouret ou quelques livres dessous.
  •  Si vous devez rester debout sur place pendant longtemps, reposez un pied sur un tabouret, une boîte ou un livre.
  •  Lorsque vous soulevez un objet, pliez-vous les genoux et utilisez la force de vos jambes plutôt que celle du dos.
  •  Lorsque vous êtes couché, étendez-vous sur le côté ou sur le dos avec un oreiller entre les jambes. Ne vous couchez pas sur le ventreC'est la position couchée sur le côté, avec un genou plié, qui est la moins fatigante pour la colonne vertébrale.
  •  Évitez de porter des souliers à talon haut.
  •  Quand on fait des courses, il vaut mieux avoir un panier ou un sac dans chaque main, afin de répartir la charge des deux côtés du corps.Plutôt que de porter un sac à main (ou une sacoche) à bout de bras, il vaut mieux le porter en bandoulière, en plaçant la lanière sur l'épaule opposée au sac.

Image décrite dans le texte ci-contre

Image décrite dans le texte ci-contre

Image décrite dans le texte ci-contre

Si malgré ses précautions, on souffre d’un mal de dos, il faut :

  •  Se reposer, car cela permettra à votre mal de dos de guérir. Il n’est pas recommandé de rester au lit pendant plus de deux ou trois jours, car les muscles et les os s’affaiblissent. En fait, cela peut ralentir le temps de rétablissement.
  •  Des compresses froides peuvent aider à soulager le mal et à réduire l’enflure, surtout durant les 48 premières heures. Appliquez les compresses trois à quatre fois par jour, de 15 à 20 minutes à la fois ou jusqu’à une heure à la fois pendant les trois premiers jours.
  •  Faites de petites marches ou des exercices légers afin de garder les muscles forts et souples.
  •  Des médicaments anti-inflammatoires, tels que de l’aspirine ou de l’ibuprofène, peuvent être utiles. Cependant, n’en prenez que  conseils de votre médecin ou de votre pharmacien car si vous êtes allergique ou sous anticoagulant, vous risquez de mettre votre vie en danger.
  •  Si la douleur ne diminue pas, le médecin vous recommandera peut-être d’autres médicaments ou de la physiothérapie.
  •  La plupart du temps, les maux de dos disparaissent après une semaine ou deux.
  •  Une foulure ligamentaire, un claquage musculaire grave et une hernie discale peuvent prendre jusqu’à trois mois à guérir.
  •  Il arrive parfois qu’un mal de dos se transforme en mal chronique et dure plusieurs années.
  •  Lorsque vous vous êtes blessé une fois au dos, vous courez de grands risques que cela se reproduise.

Ce qu’il faut savoir :

90% des patients souffrant d'une lombalgie sont guéris en moins de 2 mois.

Si un repos d'un ou deux jours est parfois nécessaire au cours des lumbagos, (où la douleur est très aiguë et réveillée par le moindre mouvement), il fautreprendre vos activités le plus vite possible.

Il faut  rester actif et privilégier les mouvements surtout lorsqu'on est lombalgique.


Publicité