Publicité

sante-dz - Conseils - La perte des cheveux ou alopécie

La perte des cheveux ou alopécie
  • Article

La perte des cheveux ou alopécie

Yul Brunner

Zineddine Zidane

Telly Savalas

Yul Brunner

Zineddine Zidane

Telly Savalas

Paraître jeune et dynamique à de plus en plus d'importance de nos jours. Si en plus notre profession nous amène à rencontrer beaucoup de gens, l’aspect physique est très important. Dans cet aspect physique, le visage et la chevelure jouent un grand rôle.

Si pour les poils du corps, la personne est perturbée par leur pousse exagérée ; pour le cheveu, les troubles se manifestent plutôt par sa chute (alopécie) qui donne à la personne un aspect plus âgé. Par ailleurs, si on parle souvent de la chute de cheveux et de la calvitie des hommes et plus rarement de celles des femmes, c’est pourtant, les femmes qui le vivent très mal : le fait de perdre ses cheveux est souvent vécu comme une infirmité, une honte.

Comme nous l’avons vu précédemment, les cheveux poussent, vivent et meurent. Ceux qui tombent sont normalement remplacés par de jeunes cheveux. On considère qu'une chute de cheveux inférieure à 50-100 cheveux par jour peut être normale. Si la chute de cheveux dépasse les 100 cheveux par jours il s'agit d'une chute de cheveux pathologique.

Cette chute de cheveux peut être isolée ou accompagnée de fatigue, de démangeaisons ; les cheveux peuvent être fins, gras, cassants ou recouverts d’une croûte. Ces signes ont tous leur importance pour déterminer la cause de la chute de cheveux et les facteurs favorisants ou aggravant la chute.

La chute de cheveux peut toucher l’enfant, l’adulte, l'homme, la femme ; elle peut toucher l’ensemble ou une partie du cuir chevelu ; elle peut laisser apparaître un cuir chevelu normal ou cicatriciel etc.

Chute de cheveux

Causes de chutes de cheveux :

Les causes de la chute de cheveux sont très nombreuses. Parmi les causes les plus fréquentes on peut citer :

L’alopécie androgénique (ou calvitie). Elle est de loin la déficience capillaire la plus répandue chez les hommes. Elle peut être précoce : à vingt ans un homme sur cinq perd ses cheveux. A trente ans un homme sur trois, et à cinquante ans un homme sur deux souffre d'une chute de cheveux androgénique plus ou moins importante. Elle est souvent héréditaire. Elle est le résultat de l'action d'androgènes à un taux normal, sur un terrain génétique prédisposé et résulte d’une hyperactivité de la 5 alpharéductase, une enzyme à l'origine de la testostérone et de la DiHydroTestostérone (DHT). On a longtemps cru que l’alopécie androgénique était liée à une surproduction de testostérone. C’est pourquoi on attribuait aux chauves une virilité au-dessus de la moyenne. En fait ce n’est pas une production de testostérone supérieure à la moyenne mais plutôt une sensibilité accrue des follicules pileux aux hormones mâles. Une sensibilité élevée du poil à la 5 alpharéductase va avoir pour conséquence un raccourcissement de la phase de croissance des cheveux et à la miniaturisation des cheveux en phase de pousse. Les cycles pilaires, qui devaient durer toute une vie, vont s'épuiser beaucoup plus rapidement, ce qui va d'abord conduire à un éclaircissement des cheveux, puis à leur disparition progressive totale sur de larges zones du cuir chevelu (tempes, front, haut du crâne). Selon les cas, les récepteurs hormonaux des follicules pileux situés sur certaines parties de la tête ne seront quant à eux pas sensibles à cette hyperactivité de la 5 alpha réductase : c'est le cas par exemple des cheveux situés dans la nuque et sur les tempes, ce qui explique pourquoi même les plus grands chauves gardent presque toujours une couronne de cheveux. Quand les cycles de vie d'un follicule pileux sont épuisés, il n'y a plus rien à faire et c'est la raison pour laquelle aucun produit ne fera jamais repousser des cheveux... sur un crâne chauve. Il faut savoir par ailleurs qu’il est souvent difficile de repérer une calvitie débutante. Avant que le sommet du crâne ne soit dégarni, on observe généralement une simple diminution de longueur et de diamètre des cheveux sur la partie haute du crâne. Le dégarnissement typique de la calvitie n'apparaît qu'après.

Chute de cheveux de type alopécie androgénétique.

Chute de cheveux de type alopécie androgénétique.

Déterminer l'étendue de la Chute de Cheveux

L’alopécie androgénique

Schéma de la chute androgénique

Schéma de la chute androgénique

Divers stade de chute des cheveux chez l'homme

Divers stade de chute des cheveux chez l'homme

Divers stade de chute des cheveux chez l'homme

Différentes variétés d’évolution de l’alopécie androgénique chez l’homme

  •  L’alopécie androgénique chez la femmeMême si elle est moins fréquente (10 à 15 % des femmes souffrant de problèmes capillaires) et moins marquée que chez l’homme, et ne se termine jamais en calvitie totale, elle peut toucher également les femmes car même les femmes produisent de la testostérone. Cette alopécie androgénique peut se voir à tout âge mais surtout autour ou après la ménopause. Chez la femme, la chute des cheveux commence par un élargissement de la raie au sommet du crâne car les cheveux deviennent plus fins et moins nombreux. Ainsi, la femme ne présente pas de plaques chauves, elle constate plutôt un dégarnissement du sommet de sa tête. Le facteur héréditaire est plus important chez l'homme que chez la femme: en effet, plus de 20% des femmes atteintes n'ont pas d'antécédents dans leur famille.

 femmes chute au sommet du crâne

 femmes chute au sommet du crâne

Alopécie androgénique chez la femme

Alopécie androgénique chez la femme

  •  L'alopécie diffuse sur tout le cuir chevelu est essentiellement féminine. Elle touche environ 30% des femmes et hommes à un moment ou un autre de leur vie. Lors de chute de cheveux, de nombreux follicules pileux se trouvent simultanément en phase de régression. La conséquence en est une chute diffuse de cheveux sur l'ensemble de la chevelure : les cheveux sont clairsemés uniformément sur l'ensemble du cuir cheveluCette forme d’alopécie n'est pas héréditaire et peut survenir à n'importe quel moment de la vie, elle est à considérer comme un symptôme de différents troubles de tout l'organisme, et apparaît par exemple lors de maladies générales graves, de stress important consécutif à des interventions chirurgicales ou à des blessures, de fièvre, de régime alimentaire radical, de carence en fer, suite à la prise de certains médicaments, et de maladies des certaines glandes hormonales (glande thyroïde, glande parathyroïde, hypophyse)...

L'alopécie diffuse

Chute de cheveux de type alopécie diffuse

Chute de cheveux de type alopécie diffuse

L'alopécie diffuse

  •  La pelade (appelée scientifiquement alopecia areata ou alopécie en plaques) qui se caractérise par une chute de cheveux survenant sur une ou plusieurs zones circonscrites du cuir chevelu ou du corps. Elle évolue de façon très variable. Il arrive que les cheveux repoussent spontanément en l'espace de plusieurs mois, alors que dans d´autres cas, l'alopécie peut évoluer jusqu´à la calvitie totale et persister pendant des années. Cette maladie des cheveux est caractérisée par une haute fréquence de récidives. La cause de ce type d´alopécie n´est pas connue avec précision. On suppose que l'inflammation est due à une réaction immunitaire où le follicule pileux est attaqué par le système de défense, sans être détruit définitivement. Le stress peut perturber l’immunité d’un individu et cette perturbation peut mettre en route un processus inflammatoire sur un terrain prédisposé. Par la suite la survenue de l’alopécie est elle même est source de désordres psychologiques.

Pelade : chute de cheveux sur une zone délimitée

La pelade : alopécie en plaques

La pelade : alopécie en plaques

La pelade : alopécie en plaques

  •  Certains médicaments (la chimiothérapie, les anticoagulants, les androgènes, les neuroleptiques, les dérivés de la cortisone etc.)
  1. La chute des cheveux (ainsi que les sourcils et cils) à l’occasion d’un traitement comme la chimiothérapie est temporaire. La chute des cheveux commence généralement deux à trois semaines après le début de la chimiothérapie, mais parfois dès la première séance.Les cheveux repoussent le plus souvent à la fin des traitements, parfois quelques mois après, à raison d'environ un centimètre par mois. Les cas de non repousse sont très rares. L'aspect des cheveux peut être modifié lors de leur repousse : couleur, nature (raides, frisés, plus ou moins épais…) mais ils retrouvent souvent leur nature d'origine.

La chute diffuse

La chute diffuse

Solution de la chute de cheveux

La chute diffuse

  •  La trichotillomanie qui touche l'enfant (il s'arrache lui-même les cheveux, souvent en cachette).
  •  la teigne tondante (plaques limitées d’alopécie avec croûtes et suppuration).

Conduite à tenir en cas de chute de cheveux :

Toute chute de cheveux nécessite une consultation médicale afin d’en déterminer la cause, parfois au besoin un bilan sanguin est nécessaire afin d'établir un traitement.

Le diagnostic de la calvitie nécessite parfois un examen appelé trichogramme (on prend quelques cheveux dans différentes zones du cuir chevelu et on les observe au microscope). Il permet de mesurer le calibre des tiges des cheveux et le rapport entre cheveux en phase de pousse et de cheveux morts. On peut aussi recourir au phototrichogramme, qui consiste à raser une zone du cuir chevelu, et à la photographier 2à 3 jours plus tard afin d'estimer la densité de cheveux en phase de pousse et la proportion de cheveux "normaux" et de cheveux ressemblant a du duvet.

Il est préférable de tenter d'enrayer la chute lorsqu'elle ne fait que commencer. C'est la raison pour laquelle, dès l'apparition des premiers signes de chute préoccupante, il est essentiel de consulter un dermatologue, afin de déterminer les causes exactes de la chute. Mais dans tous les cas, il faut :

  •  Eviter les mauvais traitements des cheveux: tresses, permanentes, brushing.
  •  Chez la femme, en cas de contraception utiliser un progestatif non androgénique ;
  •  Lutter contre la séborrhée (cheveux gras avec pellicules et démangeaisons) avec des shampooings adaptés, antifongiques, shampooing à l'huile de cade.

Vous perdez vos cheveux, vous avez envie de les colorer...

Les dermatoses et les affections générales qui provoquent une chute de cheveux spécifiques doivent bénéficier d'un traitement adapté en fonction de chaque cas :

  •  La teigne requiert un traitement antimycosique par voie générale.
  •  Le traitement du lichen fait appel à la corticothérapie locale, intralésionnelle ou générale et parfois aux antipaludéens.

La chute de cheveux d’origine médicamenteuse

  • Lorsque la chute est induite par une prise médicamenteuse (isotrétinoïne, anticholestérol, anticoagulant…), elle nécessite, quand c'est possible, le remplacement du traitement par un autre produit.
  • Dans le cas d’une chimiothérapie, on peut limiter la chute des cheveux par l’utilisation d’un casque réfrigérant qui réduit le calibre des vaisseaux (vasoconstriction) de la tête. L'afflux sanguin est ainsi diminué au niveau du cuir chevelu, qui est donc moins en contact avec le médicament. Ce casque réfrigérant pourra éviter la chute de cheveux, la réduire, la retarder ou bien encore être sans effet bénéfique. Dans ce cas là, on peut masquer la perte de cheveux par un foulard, un turban, un chapeau ou bien encore une perruque. Lorsqu'on a perdu ses sourcils, on peut apprendre à les dessiner avec un crayon de maquillage ou le faire faire par une esthéticienne.

La pelade

Son traitement fait appel :

  • à la corticothérapie locale (lotion), intralésionnelle (piqûres dans le cuir chevelu) ou rarement à la corticothérapie générale aux corticoïdes locaux de niveau 1 sous forme injectable et à un traitement par voie orale à base de cystine, biotine, sulfate de zinc...
  • Les bolus de corticoïdes sont intéressants pour les pelades récentes (premiers mois) en forte extension. Ils s’adressent surtout aux premiers épisodes de pelades en plaques touchant plus de 30% de la surface du cuir chevelu évoluant vers une pelade décalvante.
  • L’immunothérapie de contact (traitement relativement lourd à ne réaliser qu’en milieu hospitalier avec risque accru de déclencher un vitiligo sur ce terrain) ;
  • Le Méthotrexate, surtout associé à une corticothérapie orale peut permettre dans certains cas de faire repousser des pelades anciennes étendues chez l’adulte. Cependant la pelade étant une maladie chronique, le Méthotrexate ne peut être utilisée indéfiniment en raison de sa toxicité hépatique.
  • Pour les pelades plus étendues la puvathérapie et l'application d'une substance sensibilisante sont des traitements souvent recommandés.
  • La relative fréquence des repousses spontanées doit rester toujours présente dans l’esprit du médecin et du patient.

La chute carentielle à l’origine d’une alopécie diffuse

  • Un apport externe de vitamines et d'oligo-éléments permettra dans certains cas de stimuler l'activité des bulbes pileux.
  • Des soins externes permettent de débarrasser le cuir chevelu de déchets cellulaires, amas de sébum, pellicules...
  • Ces alopécies diffuses peuvent indiquer la prise en charge d'une carence (fer, vitamine B12) ou d'un problème thyroïdien mais ils guérissent souvent sans traitement après 3 à 4 mois (après grossesse, fièvre, intervention chirurgicale etc…).

L'alopécie androgénique masculine

  • Deux médicaments sont proposés: le Finastéride (Propécia) sous forme orale et le Minoxidil en solution à 2 ou 5% en application locale. Ces médicaments stimulent la repousse des cheveux encore présents et en retardent la perte ultérieure. Aucun de ces médicaments ne permet une repousse de tous les cheveux et la réponse thérapeutique est très variable d’une personne à l’autre. Un traitement de 6 à 12 mois est souvent nécessaire pour être efficace et il doit être poursuivi indéfiniment pour que l’effet persiste. En effet, le bénéfice obtenu se perd 6 à 12 mois après l’arrêt du traitement, et le nombre de cheveux redevient alors équivalent à celui observé avant le traitement.
  • La prise de médicaments est utile au tout début de la calvitie pour en retarder les effets mais elle ne l'empêchera pas à terme.
  • Les greffes de cheveux représentent en fait le seul moyen de retrouver une chevelure naturelle, les techniques actuelles de greffes folliculaires donnent d'excellents résultats lorsqu'elles sont réalisées par des équipes expertes.

L'alopécie androgénique féminine

  • Le Finastéride est contre-indiqué chez les femmes enceintes ou en âge de procréer en raison du risque de tératogénicité.
  • Le Minoxidil est le seul traitement préconisé pour stimuler la croissance des cheveux chez les femmes atteintes d’alopécie androgénique.
  • La spironolactone semble avoir une certaine efficacité dans le traitement de l'alopécie androgénique chez la femme (voir article précédant sur l’hirsutisme).

Chute de cheveux : Minoxidil

Chute de cheveux : Propecia ®

Chute de cheveux : alpharegul

La greffe de cheveux

La greffe de cheveux est une intervention chirurgicale, pratiquée sous anesthésie locale qui consiste à prélever des cheveux dans les régions du cuir chevelu moins touchées par la calvitie pour les greffer dans les régions clairsemées ou chauves.Bien que solution permanente contre la calvitie, elle ne convient pas à tout le monde. Dans certains cas d´alopécie androgéniqueavancée, la greffe de cheveux doit être associée à un traitement médicamenteux. En effet, les cheveux greffés continuent de pousser comme s'ils se trouvaient à leur emplacement d´origine mais si la chute se poursuit sur le reste des cheveux, le résultat esthétique ne correspondra pas forcément aux attentes. Le traitement médicamenteux peut permettre alors de stopper la chute du reste des cheveux afin de préserver un bon résultat.

La greffe de cheveux

Jusqu’ici on pouvait croire que la greffe de cheveux ne concernait que les hommes ; Il n’en est rien, depuis maintenant plusieurs années cette technique intéresse également les femmes. Mais avant d’envisager une greffe chez une femme, il faudra éliminer toutes les causes qui peuvent être traitées médicalement et c’est seulement après qu’elle pourra être envisagée. Les femmes perdent leurs cheveux sur la partie antérieure du crâne qui s'éclaircit peu à peu avec élargissement de la raie médiane. L'évolution vers la calvitie complète est exceptionnelle, il ne s’agira pas, comme chez l’homme d’une intervention réparatrice, mais uniquement d’une densification qui donnera de très bons résultats esthétiques.

GREFFE DE CHEVEUX : Avant

GREFFE DE CHEVEUX : Aprés

La greffe de cheveux

La technique des greffes de cheveux est actuellement éprouvée, non douloureuse mais à l’esthétique variable d’un cas à l’autre et surtout très coûteuse. Trois séances au moins sont nécessaires (cinq en moyenne), à raison de plusieurs centaines de greffes transplantées en une fois.

Ainsi que se soit pour les médicaments qu’il faut prendre pendant des années ou des micro-greffes de cheveux dont le coût n’est pas à la portée de toutes les bourses, il convient de mettre en balance les bénéfices et ce coût du traitement.

L’alopécie est une affection sans gravité dont le traitement doit être poursuivi indéfiniment pour des résultats souvent modestes et des bénéfices surtout psychologiques.


Publicité