Publicité

sante-dz - Conseils - Thyroïde, Quand consulter?

Thyroïde, Quand consulter?
  • Article

Thyroïde, Quand consulter?

Les maladies endocriniennes sont de plus en plus fréquentes en Algérie. Le diabète et les pathologies thyroïdiennes, dont le cancer de la tyroïde, viennent en première position, des maladies endocriniennes qui touchent une population de plus en plus importante. 

Qu'est ce que la thyroïde?

La thyroïde est une petite glande endocrine sécrétant des hormones dans le sang, située à la base du cou, accolée à la trachée, en forme de nœud papillon. La thyroïde ne peut pas habituellement être sentie dans le cou s'il est normal. elle joue un rôle important sur le métabolisme de l'ensemble des cellules de l'organisme ainsi que sur la croissance et le développement du cerveau au cours des premiers mois de vie.


La glande thyroïde contient les cellules folliculaires qui produisent les deux hormones, thyroxines (T4) et triiodothyronine principaux (T3). Ces hormones affectent la fréquence cardiaque, la température corporelle et la force. La glande thyroïde contient également les cellules C (appelées aussi cellules parafolliculaires) qui produisent la calcitonine, une hormone qui a pour rôle de réguler le métabolisme du phosphore et du calcium : diminue la fixation osseuse du calcium, augmente l'élimination urinaire du calcium et du phosphore. Sa production est donc activée lorsque les taux de calcium et de phosphore sont trop élevés ou sous l'action de certaines hormones (gastrine, glucagon).

Qu'elles sont les maladies de la thyroïde?

Il faut savoir que les hormones thyroïdiennes sont fabriquées à partir d’un élément naturel, l’iode, que la glande thyroïde capte dans notre alimentation. Une alimentation équilibrée apporte environ 300 microgrammes d’iode par jour, ce qui est suffisant. Si l’iode est présente dans les algues, il faut savoir qu’elle l’est également dans le poisson, les crustacés, mais aussi le soja, les haricots verts et les laitages. Le sel de table que nous utilisons doit être également suffisamment iodé. Or, dans de nombreux cas, les normes indispensables ne sont pas respectées.

Ainsi, si les apports en iode sont insuffisants ou trop importants, la machine va se dérégler. Cet iode ne peut être stocké par l’organisme en grande quantité, c’est pourquoi des apports journaliers par l’alimentation doivent être respectés. Nos besoins en iode évoluent en fonction de l’âge et lors de situations particulières telles que la grossesse et l’allaitement. Les personnes les plus à risque de carence sont celles pour qui les besoins en iode sont les plus importants : les femmes enceintes ou celles qui allaitent.


Les anomalies thyroïdiennes sont d’une grande diversité : certaines perturbent la fabrication des hormones et entraînent une hypo ou une hyperthyroïdie, d’autres affectent la forme de la glande et on observera alors des nodules, des kystes ou un goitre, sans qu’il y ait nécessairement d’anomalies de la sécrétion hormonale. Certaines maladies entraîneront à la fois un dysfonctionnement hormonal et des altérations de la forme de la thyroïde et d’autres signes cliniques propres qui permettront d’orienter le médecin sur un diagnostic.

Les maladies endocriniennes et notamment thyroïdiennes touchent beaucoup plus de femmes que d’hommes.

Le mauvais fonctionnement de la thyroïde peut engendrer plusieurs maladies.
La maladie la plus fréquente est une simple augmentation de la taille de la thyroïde, dite goitre. Elle peut présenter une exagération de son fonctionnement dans l'hyperthyroïdie, ou bien une insuffisance de son fonctionnement dans l'hypothyroïdie. Comme il existe aussi d'autres troubles plus rares comme les thyroïdites ou les néoplasies.

Lorsque la glande produit trop d'hormones, on parle d'hyperthyroïdie. Dans le cas contraire, on parle d'hypothyroïdie.

Lorsque la quantité d'hormones est anormale, cela se répercute sur de nombreuses fonctions de l'organisme : la fréquence cardiaque, le transit, la température ou encore le poids. Ces fonctions s'accélèrent en cas d'hyperthyroïdie et, au contraire, diminuent ou ralentissent en cas d'hypothyroïdie.

Quant à l'humeur, ceux qui ont trop d'hormones thyroïdiennes sont souvent excités, agressifs, irritables. Et en cas d'hypothyroïdie, les gens sont fatigués, déprimés, voire carrément dépressifs, une affection fréquente, notamment chez la femme. 


Quels sont les symptômes?
Les maladies thyroïdiennes peuvent survenir à tout âge surtout chez l'adulte jeune ( 20-40ans), touchant plus la femme que l'homme.
le goitre se manifeste par l'apparition très progressive d'une masse au niveau du cou, ce qui fait que le patient ne se rende compte qu'après une longue période d'évolution estimée en mois et en années. La maladie la plus fréquente dans notre pays est le goitre simple. On le trouve surtout en Kabylie et dans les Hauts-Plateaux.


Dans l'hyperthyroïdie, le patient présente, en plus d'un goitre, une fréquence cardiaque accélérée , un amaigrissement, des sueurs anormales sans effort avec trouble de l'humeur, trouble des règles.
Dans l'hypothyroïdie, le patient, au contraire, prend du poids, son visage est enflé, il devient frileux, dort trop, se fatigue au moindre effort physique. Et là, le goitre peut être visible ou non.

Quand consulter?

Le patient doit absolument consulter, chez un endocrinologue ou bien un médecin généraliste, lorsqu'il remarque une grosseur ou une modification anormale de son cou, s'il maigrit ou que son rythme cardiaque est accéléré même au repos, un trouble du cycle menstruel chez la femme qui perdure en dépit des traitements donnés, une prise de poids inexpliquée avec une frilosité et, enfin, penser à la tyroïde chez un nouveau-né trop sage qui pleure peu et dort beaucoup et avertir son médecin traitant.

Comment dépister les maladies thyroïdiennes

Il existe de nombreux examens très précis pour dépister et diagnostiquer les maladies de la thyroïde : observation clinique, palpation du cou, dosages des hormones thyroïdiennes, techniques d’imagerie médicale.
Pour confirmer le diagnostic, le médecin demande un bilan qui s'articule sur un dosage hormonal sanguin pour apprécier le degré de fonctionnement de la glande.
L'échographie et la scintigraphie thyroïdienne vont apprécier le type du goitre et le degré de la fonction de la glande.
La cytoponction thyroïdienne devant tout nodule froid à la scintigraphie est considéré comme examen facile à faire.


Existe-t-il un cancer de la thyroïde ?
Oui, mais il est peu fréquent et il se caractérise par sa non gravité. Une fois pris en charge, sa guérison est totale. Le diagnostic se fait aisément et rapidement puisque la pratique cytoponction se fait à l'aiguille fine, étant donné que la glande thyroïde est accessible à cet examen d'où cette chance de le diagnostiquer précocement et d'entamer le traitement rapidement.
Les spécialistes distinguent trois grands types de traitement du cancer de la thyroïde : la chirurgie, l’iode radioactif et l’hormonothérapie. Mais c’est bien la chirurgie qui constitue la principale prise en charge. Elle doit éradiquer la tumeur mais également éviter que le cancer se propage.


Les maladies de la glande thyroïde sont fréquentes en Algérie, leur traitement est bien codifié et très bien connu par les endocrinologues. Le patient doit se présenter pour être bien pris en charge, d'où la nécessité de consulter dès l'apparition du moindre signe énuméré ci-dessus et surtout avoir ce réflexe de consulter devant tout goitre à l'autopalpation.
 


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.