Publicité

sante-dz - Conseils - La constipation

La constipation
  • Article

La constipation

La constipation

La constipation

La constipation

La constipation consiste en la difficulté à évacuer les selles hors de l'organisme, le plus souvent en raison d'une trop grande dureté des selles. La constipation est affirmée par un nombre de selles inférieur à 3 par semaine et cela pendant plusieurs mois.  On peut parler de constipation lorsque les selles sont dures, sèches et difficiles à évacuer.

En fait, il n’existe pas de règles et si vous ressentez une gêne lors de la défécation, si vous souffrez de ballonnement abdominal, d’hémorroïdes, mieux vaut en parler à votre médecin car dans de rares cas, une constipation peut révéler une maladie grave comme le cancer. Près d’un adulte sur cinq serait concerné. Elle est trois à quatre fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme (rôle des hormones), les personnes âgées ou alités (par manque d’activité, déshydratation, régime alimentaire déséquilibré etc.). Certaines personnes même s’ils vont tous les jours à la selle, souffre d’exonération incomplète : c’est ce que les médecins appellent la dyschésie ou constipation d’évacuation (les selles s’accumulent dans le rectum) par opposition à la constipation de progression (où les selles stagnent trop longtemps dans le colon). Souffrir de constipation entraîne irritabilité, mauvaise humeur, bouche pâteuse,  ballonnement abdominal. De là découle l’expression ‘’ C’est un constipé’’

La constipation peut être occasionnelle (lors d’un voyage, d’une grossesse) ou chronique.

Le principal problème face à une constipation est de différencier constipation bénigne (fonctionnelle) et constipation liée à une pathologie  grave (en particulier le cancer).  

Les causes de la constipation

Dans la majorité des cas, après consultation d’un médecin, il s’agit d’une constipation fonctionnelle chronique primitive liée à des facteurs directement en rapport avec le mode de vie : mauvaises habitudes alimentaires (On se nourrit qualitativement de plus en plus mal, ce qui génère un bol fécal d'un volume insuffisant et pas assez hydraté), inactivité physique (une vie sédentaire, entraîne une déficience de la musculature abdominale), stress, la grossesseRetarder l’évacuation des selles lorsque l’envie se fait sentir à cause des horaires de travail ou pour toute autre raison perturbe le réflexe sphinctérien c’est-à-dire l’envie d’aller à la selle ce qui est  une cause de constipation.

De nombreux médicaments peuvent également causer la constipation : les anxiolytiques, les antidépresseurs, la morphine, la codéine, certains antispasmodiques, l'absorption régulière de laxatifs (paradoxe qui peut engendrer une sort de cercle vicieux), les anti-inflammatoires, les relaxants musculaires, les antihypertenseurs, les diurétiques, les anti-acides contenant de l’aluminium, etc.

La constipation peut résulter d'allergies ou d'intolérances alimentaires, comme par exemple le lactose du lait de vache.

La constipation

La constipation

Parmi les différentes causes de constipation d'origine organique,lésionnelle,  on peut citer :

  •  La présence d’une affection de l’anus tel qu’hémorroïde ou fissure anale  qui font que la personne se retient d'aller à la selle ;
  •  Les tumeurs pelviennes (fibrome, kyste de l'ovaire, cancer de l'utérus, adénome ou cancer de la prostate), cancer du côlon ou du rectum ;
  •  Une colite ou une diverticulite ;
  •  Les personnes ayant un régime végétarien ont assez souvent un colon plus long (dolichocôlon) et parfois plus large (mégacôlon) où les selles peuvent stagner.
  •  Des affections endocriniennes comme l’hypothyroïdie ou neurologiques                      (neuropathie diabétique, maladie de Parkinson, affection médullaire) peuvent également expliquer une constipation.
  •  Une carence vitaminique B1, une  anomalie du métabolisme telle qu’une  hypercalcémie ou une hypokaliémie ;  
  •  Les  maladies névrotiques, une dépression.  
  •  Parmi les causes rares, on peut citer : la saturnisme, le botulisme,  le mégacôlon congénital ou maladie de Hirschprung (ces différentes affections feront l’objet d’autres présentations sur votre site www.sante-dz.com)

La plupart du temps on ne retrouve aucune cause organique : la constipation est dite fonctionnelle. Elle est liée à une alimentation inadaptée, un état fébrile ou un stress. Parfois il s'agit d'une rétention volontaire liée à l'éducation de la propreté.

La constipation chez l’enfant

Les nouveau-nés expulsent le méconium au cours de deux premiers jours de la vie. Puis ils ont environ une selle après chaque tétée pour diminuer ensuite et se stabiliser vers 3-4 ans à 3 selles par jour jusqu'à 3 selles par semaine. En cas d'allaitement maternel les selles sont liquides, grumeleuses ou très molles. En cas d'allaitement artificiel les selles sont plus compactes.

La constipation chez l'enfant est définie par une diminution de la fréquence des selles (2 à 3 fois par semaine), par des selles compactes et/ou difficile à évacuer, ou par une rétention des selles.

La constipation

La constipation

Les complications de la constipation sont exceptionnelles avant deux ans. Les principales complications sont l'apparition de fécalome compliqué lui-même de prolapsus rectal, l’encoprésie, les troubles fonctionnels digestifs (douleurs abdominales, ballonnements), les fissures anales et saignements liés à la défécation. Parfois on retrouve des infections urinaires à répétition, des troubles psycho-sociaux.

 Mais il ne faut pas, non plus, faire une fixation abusive : un adulte ou un enfant qui ne va pas à la selle pendant un ou deux jours n'est pas pour autant malade ou constipé. L'obsession de la selle quotidienne dont souffrent certaines mères pour leurs enfants, qui les poussent à leur administrer des suppositoires  a plutôt tendance à bloquer l'enfant et, précisément, à le constiper. 

Le principal traitement est d'ordre non médicamenteux :

  •  régime riche en fibres (légumes, fruits, céréales complètes),
  •  utilisation d'eaux peu minéralisées.

Occasionnellement un traitement médicamenteux est nécessaire. En première intention, utilisation ponctuelle d'un laxatif par voie rectale comme la glycérine. Si un usage répété est à envisager, pour ne pas occasionner d'irritation anale, un laxatif osmotique ou lubrifiant peut se faire. C’est votre médecin, qui après avoir éliminer une cause organique, vous prescrira le traitement qui vous conviendra

Le conseil de www.sante-dz.com  est d’avoir une bonne hygiène de vie :

  •  aller à la selle à heure fixe et ne jamais se retenir ;
  •  avoir une alimentation riche en fibres ;
  •  Manger à heures fixes les repas (une régularité dans l'alimentation diminue la constipation) ;
  •  bien s’hydrater (1,5 à 2 litres d’eau par jour) ;
  •  faire de l’exercice physique.


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.