Publicité

sante-dz - Conseils - Augmentation de la pilosité, Hypertrichose & hirsutisme

Augmentation de la pilosité, Hypertrichose & hirsutisme
  • Article

Augmentation de la pilosité, Hypertrichose & hirsutisme

Hirsutisme : joue

Hirsutisme : lèvre supérieure

Hirsutisme :menton

Hirsutisme : joue, lèvre supérieure et menton

Nous avions vu dans un précédent article consacré à la ‘’Chevelure et distribution de la pilosité sur le corps’’ qu’un excès de poils (qu’on appellera selon les cas hypertrichose ou hirsutisme) ou une chute des cheveux, de par leur rôle dans l’aspect de l’individu, peuvent constituer une préoccupation majeure, voire même retentir sur le psychisme, chez celui ou celle qui en est atteint. Notre propos dans cet article est de vous entretenir justement de l’hypertrichose et de l’hirsutisme.

Chez la femme, l’hyperpilosité est scindée en 3 degrés :

  •  L'hypertrichose simple qui est une exagération de la pousse pileuse dans les régions normalement pileuses chez la femme.

  •  L'hirsutisme qui est l'apparition d'une pilosité dans des zones normalement sans poils chez la femme comme la lèvre supérieure, le menton, la poitrine, les fesses; l’hirsutisme est souvent associé à de l’acné ou de la séborrhée.

  •  Le virilisme, qui associe à l'hirsutisme d’autres signes de masculinisation de l’organisme féminin.

L'hyperpilosité masculine existe également et peut être un motif de consultation.

Hypertrichose étendue chez l’homme

Hypertrichose étendue chez l’homme

Hypertrichose étendue chez l’homme

Hypertrichose étendue chez l’homme

Le plus souvent sans gravité en elle-même, cette anomalie est, en général, très vivement ressentie par la femme qui en est atteinte, pour des raisons tant symboliques qu'esthétiques; c'est pourquoi certaines patientes sont prêtes à tout pour en être débarrassées. Pour le médecin, le problème se pose différemment: cette anomalie est­ elle ou non l'expression d'un désordre endocrinien ? Et, dans les deux cas, que proposer à cette femme ? Il est important de distinguer ces deux affections étant donné qu’elles diffèrent entre elles non seulement en ce qui concerne le siège de l’hyperpilosité mais également pour ce qui est de la cause et du traitement.

Quelles en sont les causes ?

  • L'hypertrichose est le plus souvent d'origine familiale (teint foncé, origine méditerranéenne). Elle correspond simplement à une pilosité excessive dans des territoires cutanés qui ne dépendent pas de l'action des androgènes. Il s'agit d'une pilosité sans caractère masculin, de l'ensemble du corps ou des membres seulement (en particulier des jambes, des avant bras). elle peut être due à des médicaments. Dans ce cas, elle disparaît généralement 3 à 12 mois après l’arrêt de la prise du médicament responsable. Elle est beaucoup plus d'ordre cosmétique que médical. L’hypertrichose n’est pas due à un excès d’androgènes, mais peut être aggravée par celui-ci.
  • L'hirsutisme dont la prévalence est estimée à 5-15%, est dû le plus souvent à un désordre hormonal au niveau des ovaires ou de la glande surrénale. D'autres traits masculins peuvent accompagner l'hirsutisme: chute des cheveux, voix rauque, augmentation du volume du clitoris etc. L'arrêt des menstruations peut survenir lorsqu'une femme souffre d'hirsutisme. Les principales causes d’hirsutisme sont le syndrome des ovaires polykystiques (associé à des troubles des règles et aussi à une obésité et de l’acné) ainsi que des médicaments (surtout androgènes et progestatifs à propriétés androgéniques).
  • Il existe une forme d’hirsutisme «idiopathique» (sans hypersécrétion d’androgènes). Il s’agit d’une augmentation de la sensibilité des récepteurs du follicule pileux aux androgènes dont la sécrétion est normale .C’est un trouble fréquent, particulièrement chez la femme de race blanche aux cheveux noirs et à la peau foncée. Une notion familiale est souvent retrouvée. L'hirsutisme dans ce cas commence avec les premières règles et s'accentue avec le temps. Les poils sont épais, longs, pigmentés, au niveau : visage, bras, mamelons, sillon entre les seins, ligne blanche abdominale, face interne des cuisses...Il n'y a pas de trouble des règles.

Hirsutisme chez la femme

Hirsutisme chez la femme

Hirsutisme chez la femme

Hirsutisme chez la femme

Qu’elle sera la conduite du médecin vis-à-vis d’une femme qui présente une hyperpilosité ?

Le médecin va rechercher chez cette femme en période d'activité génitale qui a constaté l’apparition récente d’une hyperpilosité, un désordre de sa fonction androgénique. Il va faire préciser l’apparition de l'hyperpilosité, son importance (évaluée par le rythme des épilations) ; l'existence de troubles du cycle, l'état de la pilosité chez les femmes de la famille. Il notera l'importance de la pilosité, son siège exact, la nature des poils; ­ l'association éventuelle de séborrhée, d'acné, d'une alopécie; il recherchera des signes de déféminisation de la silhouette. Avant même de réaliser des examens biologiques, il pourra déjà savoir s’il s’agit d’une hypertrichose ou d’un hirsutisme.

Lorsqu’il s’agit d’un hirsutisme, un système de notation normalisé est employé pour évaluer son degré avant et pendant le traitement:

 Score de l'hirsutisme (selon Ferriman et Gallwey)

 Score de l'hirsutisme (selon Ferriman et Gallwey)

Score de l'hirsutisme (selon Ferriman et Gallwey)

S’il est en face d’un hirsutisme, le médecin fera par la suite le dosage des androgènes majeurs secrétés chez la femme, qui va lui permettre d’en connaître la cause (ovarienne ou surrénale).

Prise en charge de l’hypertrichose et de l’hirsutisme

Dans les hypertrichoses qui sont des hyperpilosités non dépendantes des sécrétions hormonales (hypertrichose familiale idiopathique), les traitements médicamenteux sont inutiles. De même, dans les hirsutismes discrets de la face (moustache, joues, menton), il est souvent inutile de proposer un traitement hormonal et avoir recours aux différentes techniques d'épilation et de dépilation.

Dans l'hyperpilosité masculine enfin, seuls les procédés mécaniques, physiques ou chimiques d'épilation ou dépilation, qui permettent la destruction de tout ou partie du poil, peuvent être proposées. Les anti-androgènes sont bien sûr contre-indiqués.

Le traitement d'un hirsutisme repose sur l'association d'un traitement hormonal et de différentes techniques d’épilation, en dehors des rares cas où une tumeur (de l’ovaire ou de la surrénale) a été mise en évidence et qui fera alors appel à la chirurgie.

Le traitement médical, doit être poursuivi pendant au moins 6 mois avant d’obtenir un effet, et celui-ci disparaît à l’arrêt du traitement. S’agissant de produits hormonaux (anti-androgènes, œstroprogestatifs), ayant donc des effets indésirables, il faut absolument que ce traitement soit suivi par un médecin. Lorsque ce traitement n’est pas possible ou est insuffisant, un traitement local, dermatologique lui est souvent associé.

Si votre médecin (le plus souvent votre gynécologue) a diagnostiqué des ovaires polykystiques, il vous prescrira soit un œstroprogestatif (pilule), soit un anti-androgène (l’acétate de cyprotérone = Androcur ; la spironolactone qui est également un anti-hypertenseur ; la cimétidine = Tagamet qui outre son action sur l’ulcère gastro-duodénal, diminue 1'acné, la séborrhée, et la pousse pileuse de type masculin) voire même des corticoïdes ( prédnisone, dexaméthasone) qui également réduisent la pousse pileuse et agissent au niveau de l’acné et de la séborrhée . Chaque cas étant spécifique, c’est votre médecin qui choisira l’association médicamenteuse qui vous convient le mieux. En cas d’obésité associée, il vous conseillera également des mesures hygiéno-diététiques.

Si les explorations biologiques sont normales, de même que l’échographie abdomino-pelvienne et qu’on est en présence d’un hirsutisme idiopathique, cas le plus fréquent, en plus du traitement dermatologique, il vous proposera un anti-androgène.

Prise en charge dermatologique des hyperpilosités

Le dermatologue dispose pour traiter les hyperpilosités féminines et masculines de différents procédés mécaniques, physiques ou chimiques d'épilation ou dépilation, qui permettent la destruction de tout ou partie du poil. Ces techniques sont un complément nécessaire aux anti-androgènes car si le traitement hormonal freine la pousse du poil, il n'entraîne jamais sa chute. L'épilation est donc nécessaire. Sur le long terme, les anti-androgènes vont permettre d'espacer les séances d’épilation.

Outre le rasage, l’épilation mécanique, les crèmes dépilatoires, la décoloration avec des crèmes ou solutions à base d’eau oxygénée ou d’ammoniac, il existe des techniques plus spécialisées tels le traitement par électrolyse ou par laser ( que plusieurs dermatologues algériens utilisent) dont le coût, relativement élevé peut être facteur limitant.

Récemment, une crème à base deflornithine (un inhibiteur de l’enzyme participant à la production du poil par le follicule pileux) est utilisée en Europe et aux USA pour le traitement de l’hirsutisme au niveau du visage. Commercialisée soue le nom de crème Vanica, elle est utilisée en applications quotidiennes en cas d'hypertrichose faciale, elle permet un ralentissement de la pousse du poil, et d'espacer les séances d'épilation. Elle représente une excellente prise en charge des hirsutismes modérés de la face.

Nous rappelons, les petits moyens classiques, mécaniques ou chimiques que la plupart des femmes connaissent et qui peuvent être une solution en cas d’hypertrichose discrète :

  • La décoloration à l’eau oxygénée qui est une technique de camouflage esthétique...
  • L’épilation à la pince, facile, un peu douloureuse, pour de petites surfaces, non définitive.
  • Le rasage, simple et bon marché, solution non définitive avec le risque que le calibre du poil puisse augmenter lors de la repousse. Le résultat à moyen terme peut être pire.
  • La dépilation chimique, simple, facile, pouvant être réalisée à domicilepar crème, mousse ou lait. La dépilation est la conséquence de la dégradation chimique du poil .La dépilation n'est pas définitive, seule la partie visible sortant du follicule pileux est détruite. Il y a risque de dermite d'irritation et d'eczéma allergique de contact, en particulier du fait des parfums associés aux agents dépilatoires.
  • L’épilation à la cire. Les cires agissent en agglutinant les poils dans une masse collante. Il existe des cires chaudes et des cires froides. L'épilation peut se pratiquer en institut ou chez soi. L'important est de n'utiliser la cire qu'une seule fois, pour éviter les complications infectieuses. L'épilation n'est pas définitive. Il y a risque de dermite d'irritation, de brûlure (cires chaudes), de folliculites.
  1. Les cires chaudes sont déconseillées sur les jambes dites fragiles, en cas d'insuffisance veineuse, varices, varicosités, mais l'arrachement du poil est meilleur.
  2. Les cires froides sont plus douloureuses; la cassure du poil est plus superficielle. Elles conviennent plus au simple duvet.

A l'heure actuelle il existe deux techniques spécialisées d'épilation :

1/ L’épilation électrique

C'est la seule technique d'épilation définitive. C'est un acte médical. Elle ne peut donc être réalisée que par un médecin (un dermatologue, de préférence). Le principe est une électrocoagulation non seulement du poil mais également du bulbe. C'est un acte minutieux, avec une destruction de chaque follicule pileux, long (plusieurs séances), fastidieux pour l'opérateur, et légèrement douloureux pour le patient. 4 à 5 passages sur une zone donnée espacés de 2 à 4 mois assurent une épilation définitive. En principe toute zone du corps peut être ainsi traitée. Les zones à traiter de façon préférentielle sont la face, le sein et le maillot. Les résultats sont bons quelque soit la nature de l'hypertrichose. Le caractère fastidieux de la méthode ne permet pas de traiter facilement les hirsutismes et les hypertrichoses étendues et généralisées, qui actuellement relèvent plutôt de l'épilation laser.

2/ L'épilation par laser

C’est une technique plus récente. Elle consiste en une destruction du poil par le rayonnement laser, mais les cellules qui donnent naissance à ce poil ne sont pas détruites. L'épilation n'est pas définitive. Plusieurs séances sont nécessaires, certes de plus en plus espacées dans le temps, pour traiter un hirsutisme en association avec un traitement par anti-androgène. Toutes les hyperpilosités peuvent bénéficier d’un traitement laser épilatoire. Les indications esthétiques sont les plus fréquentes et peuvent être proposées sur le visage, les aisselles, le maillot, les jambes.

Epilation au laser d’une hypertrichose chez l’homme

Epilation au laser d’une hypertrichose chez l’homme

Epilation au laser d’une hypertrichose chez l’homme

La séance peut être légèrement douloureuse et nécessiter l’application d’une crème anesthésiante locale une heure avant la séance. De même, les suites immédiates sont marquées par une sensation de chaleur, une rougeur et un discret gonflement à la base des poils, pendant quelques heures. L'application d’une crème apaisante est effectuée après la séance et conseillée pendant 2 à 3 jours. Le nombre total de séances peut atteindre une dizaine sur le visage, 3 à 4 passages pour les jambes.

Le résultat de l’épilation laser se traduit par une diminution du nombre et du calibre des poils associé à une repousse de plus en plus lente au niveau des zones traitées. Il peut persister des poils plus fins, moins sombres qui peuvent nécessiter un traitement d’entretien à raison d’une séance par an. L’épilation au laser est rapide et moins douloureuse que l’épilation électrique.

Chez l’homme, l’épilation donne des résultats variables et n'est ni complète, ni définitive même après plusieurs passages sur la même zone.

Que choisir et que proposer ?

Les antiandrogènes ralentissent la pousse du poil en empêchant la croissance pilaire. Ce sont des traitements à envisager au très long cours, sur de nombreuses années. Leur effet n'est que suspensif.L'hirsutisme réapparaît en principe après quelques mois d'arrêt de l'anti-androgène aussi il faut qu’il soient associés aux moyens d’épilation. Dans tous les autres cas d'hyperpilosités, les antiandrogènes sont inutiles et il faut avoir recours aux procédés d'épilation. Dans les hypertrichoses étendues, généralisées l’épilation fera appel de préférence au laser ou lampe flash ; dans les hypertrichoses localisées, elle fera appel à l’épilation électrique (face, seins, bikini...), à l’épilation laser, à la pince, aux crèmes, cires, selon l'importance, l'étendue, les possibilités. L’hypertrichose faciale fera appel aux moyens physiques et à la crème Vanica (eflornithine).

Epilation : action d’arracher les poils.

Dépilation : action de faire tomber les poils.


Publicité
Ce site utilise des cookies
Si vous voulez poursuivre votre navigation sur le site sante-dz.com et ses sites associés, veuillez accepter les Conditions Générales d'Utilisation en cliquant sur Continuer. En continuant votre navigation sans cliquer sur Continuer, vous acceptez automatiquement ces conditions.