Publicité

sante-dz - Actualités - Cancer de la prostate et vitamines C, E, sélénium : résultats négatifs !

Cancer de la prostate et vitamines C, E, sélénium :   résultats négatifs !

Cancer de la prostate et vitamines C, E, sélénium : résultats négatifs !

En 1996, deux études épidémiologiques nord-américaines apportaient des éléments suggérant un effet protecteur du sélénium et de la vitamine E vis-à-vis du risque de cancer de la prostate. Ces travaux ont ainsi été complétés par deux grandes études prospectives visant à confirmer et mieux préciser la place de la vitamine E, de la vitamine C et du sélénium dans la prévention du cancer de la prostate et plus largement sur les autres cancers en général. L´une concernait plus de 14 600 hommes, tous médecins, âgés de plus de 50 ans et suivis prospectivement sur 8 ans ; 1 l´autre a inclus plus de 35 500 hommes volontaires âgés de plus de 50 ans et également suivis sur une durée allant de 7 à 12 ans.2 Les participants médecins de la première étude ont pris pendant 8 ans en double aveugle du placebo, de la vitamine E, de la vitamine C ou les deux. Dans la seconde étude, les participants ont pris quotidiennement pendant au minimum 7 ans du sélénium, de la vitamine E, les deux ou un placebo.

Dans ces deux grandes études, les incidences du cancer de la prostate des groupes sélénium, vitamine E, vitamine C ou de leurs associations étaient comparables à celles des groupes placebo. Aucun effet bénéfique n´a été constaté sur les autres types de cancers. Ces résultats restaient valables après ajustements sur l´observance et les principaux facteurs de risque tumoral.

Les constatations prometteuses issues des premières études de 1996 résultaient d´une étude secondaire a posteriori et justifiaient pleinement une vérification par des travaux prospectifs spécifiquement orientés sur le cancer de la prostate, et avec une puissance statistique suffisante pour écarter tout risque de hasard ou de biais. On peut dire que ces deux récentes études ont toutes les qualités épidémiologiques requises, mais leurs résultats n´ont pas confirmé les promesses, tout particulièrement avec le sélénium qui avait déjà fait l´objet de résultats négatifs en pathologie cardiovasculaire.

1. Gaziano JM, Glynn R, Christen W, et al. Vitamins E and C in the prevention of prostate and total cancer in men. The physicians´ health study randomised controlled trial. JAMA 2009; 301:52-62.

2. Lippman S, Klein E, Goodman P, et al. Effect of selenium and vitamin E on risk of prostate cancer and other cancers. The selenium and vitamin E cancer prevention trial (SELECT). JAMA 2009; 301:39-51.


Publicité