Publicité

sante-dz - Actualités - Une survie à cinq ans d’un cancer du pancréas métastasé !

 Une survie à cinq ans d’un cancer du pancréas métastasé !

Une survie à cinq ans d’un cancer du pancréas métastasé !

La survie des cancers du pancréas métastasés se compte en mois ; mais l’observation inhabituelle rapportée par BM Chue devrait insuffler espoir et encouragements tant aux patients qui luttent contre cette épouvantable maladie qu’aux praticiens qui les accompagnent.

Le malade est un homme de 35 ans qui consulte en 2004 pour de vagues troubles digestifs (impression de blocages alimentaires). Le scanner révèle une masse rétro-gastrique et 2 images sur chacun des lobes du foie, compatibles avec des métastases. Une laparotomie permet des biopsies hépatiques qui confirment la malignité (origine possiblement pancréatique) et on réalise une dérivation gastro-jéjunale pour lutter contre la compression gastrique.

Une chimiothérapie est entreprise, d’abord par des antipyrimidiques, isolés puis associés à un taxane, sans succès mais avec des effets secondaires graves.

L’état général est déplorable, le patient ne pouvant se déplacer que sur un brancard, mais son désir de survivre est intact ; on lui propose alors une chimiothérapie « rythmée », hebdomadaire, à base de paclitaxel, oxaliplatine, 5-FU et acide folinique (POLF), ainsi que calcium, magnésium et glutathion pour prévenir les complications, notamment neurologiques.

Il supporte très bien ce POLF, à la réserve d’une leucopénie qui réagit favorablement au cetuximab. Ce traitement rythmé est poursuivi et on a la surprise de voir fondre (de 10 à 5 cm de diamètre) la métastase hépatique, cependant que le taux des marqueurs diminuent (le CA 19-9 passant de 489 à 18 U/ml) et que l’état clinique s’améliore.

Après 4 mois, le patient a pu remplacer le brancard par une chaise roulante, puis un déambulateur, puis une canne, puis rien !

Le diagnostic a même été remis en cause en 2006, un Pet-scan ayant montré une petite image résiduelle sur le foie, et plus rien au niveau du pancréas.

Une nouvelle chimiothérapie a été décidée (POLF + irinotécan, interféron, gemcitabine, cetuximab), de façon intermittente ; un Pet-scan en 2008 a montré 2 petites lésions pancréatiques et une masse de 18 mm sur le foie. Ce n’est qu’alors qu’on s’est décidé à pratiquer une échoendoscopie avec biopsie trans-gastrique des lésions pancréatiques qui ont confirmé qu’il s’agissait bien d’un adénocarcinome.

Une chimiothérapie (paclitaxel, irinotécan, cisplatine, cetuximab) a été reconduite derechef, et, avec un recul de 5 ans, le malade se porte parfaitement, a repris son travail et a même participé au marathon cycliste entre Seattle (Washington) et Portland (Oregon), soit environ 170 miles ou 250 km !!!

Chue BM : Five-year survival of metastatic pancreatic carcinoma : a study of courage and hope. Gastrointest Cancer Res., 2009; 3: 208-211.


Publicité